Les Villes Economiques Saoudiennes Creent Un Environnement Favorable Aux Investissements

Pour l’Arabie saoudite, l’Autorité des Villes Economiques du Royaume (ECA) se positionne à la fois comme un facilitateur et un régulateur chargé de créer un environnement favorable à l’investissement.

Tel était le message porté par le Secrétaire Général de l’ECA, Mohanud Helal, lors d’un événement à Washington, D.C., concernant les opportunités d’investissement offertes par les villes économiques d’Arabie saoudite et les possibilités de renforcer les partenariats entre investisseurs américains et saoudiens.

« C’est une excellente occasion de présenter l’ECA et les progrès que nous avons réalisé sur les différentes étapes inscrites à l’agenda des villes économiques », a déclaré Helal. «Il importe également que nous transmettions à nos collègues du U.S.-Saudi Arabian Business Council (USSABC) les opportunités que les villes économiques représentent pour les dirigeants des États-Unis ».

La France et l’Arabie saoudite sont liées de manière similaire à un partenariat économique stratégique que le président français Emmanuel Macron a grande envie d’améliorer afin d’identifier les nouvelles opportunités offertes par l’audacieux programme de réforme Vision 2030 du Royaume.

Dans les prochains mois, les deux pays renforceront les efforts de coopération dans de nombreux domaines, y compris la défense, la paix et la sécurité, l’énergie, la santé, l’agriculture, l’éducation, la culture, l’environnement et le tourisme. Dans le même temps, les membres du Parlement français et le Conseil Shoura de l’Arabie saoudite approfondissent leur collaboration par l’intermédiaire du Groupe d’amitié franco-saoudien.

Le Royaume a été et restera un partenaire économique et commercial majeur pour la France dans le Golfe et dans tout le Moyen-Orient. Selon le Fonds monétaire international (FMI), avec un volume de commerce d’une valeur de plus de 8 milliards d’euros en 2016, la France est l’un des 10 premiers partenaires commerciaux du Royaume au monde. Nos relations commerciales couvrent des domaines aussi divers que la défense, l’énergie, les transports et le tourisme. En 2016, les exportations saoudiennes vers la France s’élèvent à 3,8 milliards d’euros, tandis que les importations saoudiennes en provenance de la France ont atteint les 4,1 milliards d’euros.

Alors que l’Arabie saoudite poursuit les réformes économiques, politiques et culturelles sans précédent dans le cadre du Plan Vision 2030, le gouvernement français et les investisseurs privés continuent de démontrer leur volonté de se positionner aux côtés du peuple saoudien.

Croissance par les villes

Les remarques susmentionnées d’Helal se basent sur les récents résultats enregistrés par la King Abdullah Economic City (KAEC), ayant atteint cinq années de rentabilité. Une réussite de croissance supplémentaire obtenue grâce au Plan Vision 2030. À ce jour, KAEC a signé des contrats avec plus de 120 entreprises, dont Renault, Sanofi et Total.

« Nous sommes rentables depuis les cinq dernières années et avons atteint aujourd’hui la meilleure trésorerie que nous n’ayons jamais eu », a déclaré Fahd Al Rasheed, le Responsable du Développement de KAEC. À ce jour, la ville a enregistré des investissements de plus de 10 milliards d’euros. La ville économique aura besoin d’environ 100 milliards d’euros pour atteindre ses objectifs de développement.